Bataillon (S.), Sous la coquille

 

C’est toujours un matin
que l’on se réveilleEn escargot.


Rien à craindre de moi.

Je n’entends rien du monde
et je ne parle pas

Je réalise le rêve
d’une retraite subtile
qui vous concentrerait.


Grandir sans plus grossir

Savoir mieux que personne
où il faut s’arrêter.

  • Sur le site de l’auteur (LIEN)
Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s