Un devenir-art-contemporain

Une année scolaire s’achève. Une de plus. Au moment du bilan, un regret pointe, que j’éprouve depuis bien longtemps, à intervalles réguliers. Celui de n’avoir fait de captation vidéo d’aucun de nos ateliers. Nos séquences de lecture partagée, quand l’espace d’un instant la grâce nous visite, tournent à la performance d’art contemporain. Ce n’est pas toujours le cas, bien sûr. Mais cela arrive, et cette façon qu’ils ont de « bien tourner » serait (sera) notre vrai but. Encore faut-il que les acteurs-spectateurs (les élèves) aient eux-mêmes conscience du prodige qu’ils produisent. Conscience du devenir-art-contemporain de ce qu’ils fabriquent ensemble. Et, pour cela, la vidéo et (surtout) la participation d’un(e) vrai(e) artiste paraissent indispensables. Ce à quoi nos ateliers devraient (devront) ressembler, je le rencontre dans l’exemple d’une soirée orchestrée par Pauline Curnier-Jardin (aka Rollanda della Boca), le lundi 21 mai 2012, dans le cadre des Soirées nomades de la Fondation Cartier pour l’art Contemporain. N’en perdez pas une miette. Merveille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s