Que vit-il?

Tablette évoque l’Égypte et ses tombeaux.
Le fleuve et les roseaux où se posent des ibis.
Les journées les plus libres, de ciel clair et vent,
n’empêchent qu’il écrive la nuit.

Sable soulevé criblant les salles d’un tombeau
sans les ibis, ni le parfum de l’eau du fleuve, le bois
mouillé des barques couvertes de chiures d’oiseaux,
les poivriers.

Que vit-il? Il vit. Couché,
le visage seul éclairé par l’écran.

Quand on quitte Marseille, les rochers baignent
dans une eau transparente dont on devine
la teneur excessive en sel. Brûlant le linge étendu
qui bat. Les barques. Les ailes du soleil.

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s