Supervielle (J.), L’allée

Ne touchez pas l’épaule
Du cavalier qui passe,
Il se retournerait
Et ce serait la nuit,
Une nuit sans étoiles,
Sans courbe ni nuages.
– Alors que deviendrait
Tout ce qui fait le ciel,
La lune et son passage,
Et le bruit du soleil?
– Il vous faudrait attendre
Qu’un second cavalier
Aussi puissant que l’autre
Consentît à passer.

Les amis inconnus (1934)

Advertisements

Posted In:

2 Comments

  1. C’est un texte que les enfants, en TAE, aiment beaucoup et retiennent bien. Sauf le titre. Ils l’appellent « le cavalier ».
    Je leur fais souvent mimer « Le bruit du soleil » et ils sont très créatifs.
    Je leur avoue mon faible pour « Consentît à passer », que nous répétons ensemble à grande vitesse « consentît à passer-consentît à passer-consentît à passer-consentît à passer… » ce qui, un peu tiré par les cheveux, crée une allitération rappelant le bruit des sabots.

  2. Écrit par Yman S., élève de 4e 7 (Mme Howlett-Martin), au collège Maurice Jaubert de Nice, le mardi 2 décembre 2014:

    J’ai vu le cavalier. Il était vêtu d’une armure sombre comme un cauchemar, armé d’une épée aussi sombre que son âme et aussi meurtrière. Son cheval noir semblait un squelette…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s