Le monde a du bon

Les touristes descendus du car
Au fin fond de cette montagne himalayenne
Sont groupés sur des gradins de bois
En plein air et en plein vent, sous de gros nuages
Gris. Ils regardent un terrain boueux où figurent
De petits chevaux caparaçonnés
Qui marchent sans passion. Mais attendons
La fin. À l’heure dite, les prévient-on,
Un miracle se produit. Les gros nuages crèvent
Au-dessus de leurs têtes, ils sont arrosés
D’une averse plutôt fraiche, dont ils s’abritent
Comme ils peuvent, curieux du spectacle fourni
Par les chevaux soudain qui se mettent à danser.
Car la pluie les fait danser. C’est un prodige
Qui ne se produit qu’ici, chaque jour
À la même heure de l’après-midi, et même
Rire en retroussant leurs lèvres sur leurs dents
De chevaux, et chanter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s