Voyageur avec deux oiseaux

Quand il arrive dans le village, les rues
sont désertes, la plaine s’étend jusqu’à la forêt,
la route qu’il a parcourue déserte elle aussi.

Il s’arrête sur la place de la fontaine,
s’assied sur la margelle et mange des noisettes
avec du fromage et du pain sortis de son sac.
Une pie et un merle se posent près de lui.

Il les nourrit sur le granit.
Il les regarde sans leur parler.

Un nuage couvre la plaine, son ombre glisse
sur la route qu’il a parcourue, la forêt
dans son dos. Puis la lumière change et
les figures absentes sont de nouveau visibles.

Elles conversent sur la place, debout,
arrêtées autour de la fontaine qui roucoule,
un outil sur l’épaule pesant comme une arme.
Le voyageur alors a disparu. Envolé.

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s