Eleanor Rigby

Elle habite un appartement trop vaste
dans un ville étouffante l’été où
elle ne voit personne que des visages flous
parmi le personnel et les habitués du
restaurant où elle se rend chaque jour
à l’heure du déjeuner. Et la nuit,
les cheveux lâchés, elle en parcourt
les pièces à la recherche ici d’un
vêtement que sa fille lui réclame,
ailleurs une photo, un disque qu’elle ne
passe pas mais dont elle fredonne
la musique (c’est Eleanor Rigby),
un livre ou, quelquefois, à l’intérieur
d’un livre, un seul mot.

Advertisements

Posted In:

1 Comment

  1. J’ai écrit une première version de ce poème le 11 juillet dernier, je ne pensais pas la reprendre, mais l’idée du personnage est de nouveau venue me visiter cette nuit. J’ai nettoyé le texte jusqu’à l’os, je crois. Puis, avant de me rendormir, j’ai voulu consulter l’article consacré à cette chanson sur Wikipédia. J’ai découvert qu’une histoire curieuse et belle s’y attache.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s