Leopardi (G), La sera del dì di festa

Télécharger en PDF (réservé aux adhérents)

Dolce e chiara è la notte e senza vento,
E queta sovra i tetti e in mezzo agli orti
Posa la luna, e di lontan rivela
Serena ogni montagna. O donna mia,
Già tace ogni sentiero, e pei balconi
Rara traluce la notturna lampa:
Tu dormi, che t’accolse agevol sonno
Nelle tue chete stanze; e non ti morde
Cura nessuna; e già non sai nè pensi
Quanta piaga m’apristi in mezzo al petto.
[Tout le Chant XIII…]

Douce et claire est la nuit, et sans vent, et tranquille sur les toits et au milieu des jardins se pose la lune, et elle éclaire au loin toutes les montagnes de sa lueur sereine. Ô ma dame, déjà se tait chaque sentier, et aux balcons brillent de rares lampes nocturnes. Tu dors : un songe léger t’a saisie dans ta chambre paisible et aucun souci ne te mord ; et tu ne sais plus ni ne penses quelle blessure tu m’as ouverte au milieu du cœur.
[Toute la trad. de F. A. Aulard sur Wikisource…]

Advertisements

Posted In:

2 Comments

  1. Quand j’ai pris connaissance du texte choisi par M. Jacomino (La sera del dì di festa, de Giacomo Leopardi), j’étais plutôt perplexe…. Pour des élèves de 6ème débutants… aborder le poésie classique italienne du XIXe siècle! Mais cela n’a pas arrêté les élèves attentifs et curieux et surtout désireux de jouer le jeu… celui de la langue. Une séance d’émotion et de bonheur! La poésie a opéré sa magie. Encore merci. Isabelle Abagnale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s