Le Soleil pour but

Le dessin de la route à travers la
banlieue s’inscrit
frotté (effacé) dans la mémoire.

Descend vers la mer, à l’embouchure
du fleuve côtier où est la ville. La montagne
(la neige) dans le dos. Brisures de
clarté aux soins de la mémoire,
résumés à une liste. Silhouette
blanc d’œuf ou de mouette, un poisson
dessiné à la place de l’œil.

Éclats de douleur, irisation
des vagues
quand semble le Soleil faire défaut.

Le route refuse d’être vue
par les yeux du sommeil. Où s’inscrivent
les tours inchangées, béton gercé,
meubles et bicyclette incrustés aux balcons.

Pour finir, un ponton aperçu puis
dépassé comme au théâtre
et le pas lent qu’il prête à l’actrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s