Le bruit des fontaines

Ils sont inaboutis
Ils manquent d’air

Ne manquent pas de nuit
ni de forêts vibrantes dans le froid
ni de lacs gelés

Non plus que de ciels éblouissants d’étoiles
en lait répandu sur la neige des chemins

Leurs rêves sont ceux de luthiers

Vont-ils par frères?

Le langage ne leur a pas manqué
dessinant des paysages en constellations
de mots longtemps après
que les propositions se sont éteintes

Livrant pour leurs nuits entre des planches
tels paysages où ils se voient projetés,
cloués comme le loup, ou l’ours, ou le lièvre
qui les regarde

Comme des statues de marbre blanc
dans des jardins où sanglotent d’extase
des jets d’eau sveltes

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s