Basses Alpes

Je ne retrouve pas le passage de sa lettre.
Il craint de s’endormir. Les médicaments
prescrits, la maison aperçue
sur le versant ensoleillé, depuis quand au
juste était-elle en vente. Il évoque les rats
qui courent dans la cave, retour
de voyages lointains, le massacre de Sétif.
L’aventure coloniale se termine
dans ce retrait du monde, un doigt sur
les colonnes de chiffres écrits à la plume.
L’un saute en parachute,
l’autre prévient la banqueroute
de la maison-mère qui est sise à Marseille.
Et la gentiane au compte-gouttes
sous les pétales d’opaline d’une lampe
qui étoile son verre.

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s