Le privilège du travail 

Dans notre pays, d’un point de vue éducatif et sanitaire, la pauvreté se caractérise moins par le manque d’argent que par le manque de travail. Raison pour laquelle les politiques de traitement de la pauvreté conduites par la redistribution étatique des richesses donnent des résultats si peu satisfaisants. Quand le travail est venu à manquer, les dirigeants politiques des pays riches ont cru qu’ils suppléeraient sa rareté en accordant des allocations. Et cette forme de compensation était sans doute nécessaire dans l’urgence, parce que l’on craignait que les populations concernées ne souffrent de la faim. Mais ce qui manque le plus aujourd’hui, notamment à beaucoup de femmes qui se trouvent seules à élever leurs enfants, c’est moins de pouvoir les nourrir que d’avoir un emploi. La pauvreté les empêche de travailler, et de cette inactivité professionnelle, de cette vacance creusée au cœur de la famille, leurs enfants souffrent aussi bien qu’elles. À cause de la Bible peut-être, qui voulait qu’Adam et Ève chassés du paradis aient à gagner leur vie à la sueur de leur front, on a longtemps regardé le travail comme un mal nécessaire. Sans doute y avait-il du bien à attendre du côté de ses gains, mais le travail par lui-même était perçu au mieux comme une contrainte fastidieuse, au pire comme une malédiction. Aujourd’hui la perspective se renverse. Elle le fait apparaître de plus en plus clairement comme une ascèse hautement salutaire qui incombe aux riches, et les distingue. Une discipline dont ils ont à la fois le goût et les moyens et à laquelle ils se soumettent toujours avec fierté, parfois avec orgueil, de la même manière qu’ils prennent des cours de yoga, tandis qu’elle reste interdite aux pauvres. Une dimension de la vie dont ceux-ci se voient écartés. En 1965, l’enfant d’une famille riche était celui qui se vantait de ce que son père possédait une belle voiture, dans laquelle il emmenait tout son petit monde au ski. C’est, en 2015, celui qui peut nommer la profession d’au moins l’un de ses parents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s