Principe de l’intersubjectivité en apprentissage

Il est plus facile de réussir une tâche quand l’on sait qu’une autre personne au moins l’a déjà accomplie.

13/01/2016 – Il m’est plus facile d’accomplir une tâche quand je sais qu’elle est réalisable, ce qu’atteste le fait qu’une autre personne l’a déjà accomplie. Car ainsi, chaque fois que je rencontre une difficulté dans sa réalisation, je suis encouragé à insister, à persévérer. Tandis que si personne ne l’a accomplie avant moi, je suis tenté de penser (1) que cette difficulté est insurmontable par les moyens ordinaires dont dispose quelqu’un comme moi, ou (2) que cette difficulté relève d’une malfaçon, d’un défaut de fabrication qui la rendrait insurmontable même par quelqu’un de bien plus intelligent que moi, et même par une équipe. Et donc, dans les deux cas, je pense qu’il est inutile que j’insiste.

La personne qui a accompli une tâche avant moi ne me donne pas seulement le désir de le faire. Elle m’ouvre la voie, elle déblaye le chemin, elle m’apporte son aide.

Jean-Paul Sartre, à la fin de sa vie, aurait pu dire qu’on n’œuvre pas sans espoir (de réussir). Celui qui accomplit une tâche avant moi me donne l’espoir sans lequel mon courage à surmonter les difficultés s’épuiserait très vite.

Publicités

Posted In:

7 Comments

    1. Rivalité? Pourquoi? Je ne comprends pas. Je ne parle pas de motivation. Je ne dis pas qu’on a plus envie de réussir quand un autre a déjà réussi. Je dis seulement que c’est plus facile. Pour des raisons procédurales. SI, au cours d’une procédure, je rencontre une difficulté, je peux être tenté d’abandonner la partie. Si je sais qu’un autre a déjà réussi, je sais que c’est faisable, j’insiste et je réussis. Si je ne sais pas qu’un autre a déjà réussi, je peux penser que ce n’est pas faisable. Même pas trop difficile. Mais pas faisable du tout. Je veux dire que je suis tenté de croire qu’il y a une erreur dans le programme. Que le programme est mal fait. Je pense surtout à la lecture. Quand je lis un livre, je sais que d’autres l’ont lu avant moi. C’est ce que, dans mon livre, « La joie d’apprendre », j’intitule l’Instance Auctoriale Abstraite (IAA). Où j’explique que très peu de gens seraient capables de lire un livre de Balzac, par exemple, s’ils ne savaient pas qui est Balzac, au sens premier selon lequel beaucoup d’autres l’ont lu avant moi et sont arrivés au bout. Il faudrait être un très grand lecteur pour être aujourd’hui capable d’être le premier à lire Balzac ou Céline ou Beckett ou Duras, etc…(On se souvient que Gide a échoué à être le premier à lire Proust.) L’accomplissement procédurale de cette tâche est rendu possible par la certitude que beaucoup d’autres l’ont déjà accomplie et s’en sont bien portés. C’est même l’idée sur laquelle repose ma formule selon laquelle « Lire est toujours (même quand on croit lire seul) un jeu de (bonne) société ». L’idée est importante d’un point de vue sociologique. Les enfants de profs savent qu’il n’y a pas d’erreur dans le livre, moins encore dans la phrase. Ils s’efforcent à lire parce qu’ils savent cela. Les enfants de parents très peu cultivés sont toujours tentés de penser que le texte est approximatif, et au lieu de s’efforcer de lire ce qui est écrit, ils ont tendance à inventer.

      J'aime

      1. Pour préciser encore, je parle ici d’intersubjectivité dans le sens d’un rapport à l’autre vide de toute communication verbale et même gestuelle. Je n’ai pas besoin de communiquer en aucune manière avec la personne qui a accompli la tâche avant moi. Il n’est pas nécessaire que celle-ci m’apporte aucune aide. Il me suffit de savoir qu’elle a accompli la tâche. Qui qu’elle soit. Proche ou lointaine. Vivante ou morte. Qu’elle est UN qui a accompli cette tâche. Je me trompe peut-être mais ce concept d’intersubjectivité me semble proche de celui que visait Jacques Lacan avec l’apologue des 3 prisonniers.

        J'aime

  1. Très intéressant ! Je connais l’histoire des trois prisonniers mais je ne sais pas quel lien Lacan fait-il entre cette anecdote et le principe d’intersubjectivité. Ce que tu évoque me fait plutôt penser au désir mimétique de René Girard. C’est en cela que je parlais de « rivalité ». Mais je crois que le principe d’identification est également impliqué en cela qu’il soutient une volonté d’appartenir à un « ensemble de personne sachant.. ». Il y a donc une question d’Idéal la dessous, en lien avec le milieu familial et environnemental, comme tu le soulignais justement.

    J'aime

    1. Tout ce que tu dis existe, mais je crains que nous ne parlions pas de la même chose. Tu songes à ce qui peut pousser quelqu’un à accomplir une tâche (et, en effet, que quelqu’un l’ait déjà accomplie peut me donner envie de le faire). Je parle seulement du fait que cela devient plus facile d’un point de vue procédural. Imagine, par ex., qu’un roman de Balzac arrive entre tes mains, sans nom d’auteur, et dont tu saurais que tu seras la première à le lire. Et imagine que le même roman arrive entre tes mains, dont tu saurais qu’il a déjà été lu par des millions d’autres personnes. Et demande-toi dans quel cas tu as le plus de chances d’en venir à bout, c’est-à-dire d’achever ta lecture.

      J'aime

  2. Avec le petit esprit de contradiction qui est le mien, je suis tentée de te répondre que j’aurais plus de chance de lire entièrement celui qui est sans nom d’auteur, et dont je sais que je suis la première à l’avoir entre les mains. Je me plairais à croire que je découvre un trésor méconnu de tous. Hehe!
    Plus sérieusement, je comprends ton message et tes arguments qui viennent éclairer une position « d’apprenant ». Ce que je viens de dire découlerait plus d’une volonté de savoir, de connaitre et de rechercher au delà des normes d’apprentissages, même si, en réalité, on ne quitte jamais la « position d’apprenant ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s