Max Jacob avec les archigraphèmes de Nina Catach

Le moment est enfin venu où les éditeurs de manuels scolaires se préparent à appliquer la réforme orthographique de 1990. L’occasion nous est ainsi fournie de célébrer la mémoire de Nina Catach qui en fut l’une des principales inspiratrices. Et pour rappeler aussi que son œuvre considérable, qui a consisté en une théorie descriptive du plurisystème d’écriture du français, était sans doute la mieux faite pour fournir les soubassements d’un enseignement rénové (plus facile et plus efficace) de la lecture-écriture dans notre langue. Et cela non seulement pour les jeunes élèves (GS-CP-CE1) francophones, mais aussi et de façon sans doute plus indispensable encore pour les publics allophones.

Le Moulin à paroles (M@P) du petit poème de Max Jacob que je mets ci-dessous en lien illustre ces principes. Il le fait en se basant sur la distinction incontournable entre caractères d’écriture (ou lettres de l’alphabet) et graphèmes, et en faisant une place aux archigraphèmes dont Nina Catach proposait l’usage.

Il est ici > Je te donne…

Essayez-le pour votre propre plaisir intellectuel et pour le goût de la langue qu’il exalte. Faites-le tourner aussi avec vos enfants et vos voisins et, si vous êtes enseignant, dans vos classes.

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s