Christine and The Queens, Paradis Perdus

Télécharger en PDF (réservé aux adhérents)

« Paradis Perdus » est d’abord une chanson que Christophe compose sur des paroles de Jean Michel Jarre et qui figure sur l’album éponyme en 1973. Christine and The Queens la reprend en 2014 dans son premier album « Chaleur humaine » en y ajoutant de la musique et des paroles reprises de « Heartless », une chanson du rappeur américain Kanye West, qui rencontra un immense succès en 2008-2009. Nous avons ainsi affaire à un « Work in progress » dont la mise en œuvre collective implique au moins quatre créateurs et se poursuit sur plus de quarante ans.



Advertisements

Posted In:

8 Comments

  1. Heartless, she took his heart and seduced him
    Heartless, she took him in her trap
    Thought he was heartless, and felt sorry for him
    He fell in love with a woman so worthless, he couldn’t even rap

    Plus les jours passaient,
    Plus il se sentait piégé
    Mais ivre du parfum de cette créature
    Il ne put que se laisser à cette capture

    alaïne de matteis, 3°E cours de Madame MACHENS

    1. Très joli, Alaïne. D’autant plus impressionnant que nous t’avons vu composer ces vers en classe, sur ta table, en réponse immédiate à la leçon de lecture, comme à la volée. Juste une remarque. Je me demande s’il n’y a pas trop de mots dans le 4e et dernier vers français. Nous pourrions éviter la forme négative avec quelque chose comme: « Il consentit à cette capture », ou « Il accepta cette capture ». Qu’en dis-tu?

      1. Merci beaucoup pour ces compliments, monsieur Jacomino. Je suis d’accord avec vous et je n’avais pas trouvé une façon de le tourner, mais « Il consentit à cette capture » me semble être un joli vers pour terminer cet extrait.

  2. Je serais bien curieux de lire d’autres textes (même très brefs) écrits par toi. Il serait amusant que tu te serves de ce site pour « répondre » ainsi à nos bons auteurs en ajoutant, sous leurs œuvres, des commentaires inventifs. N’hésite pas.

    1. Si je retrouve, tête en l’air que je suis, mon carnet de notes je vous le montrerai lundi avec plaisir. Oui, j’ai déjà regardé quelques commentaires sur d’autres œuvres, j’essaierai. Bonne journée.

  3. Sur les toits, la pluie tambourine
    Alors que j’entends des pleurs
    En passant devant cette vitrine
    Je repense à cette femme sans cœur

    Tous mes souvenirs sont mêlés
    Et je suis comme hypnotisée
    Impossible d’avancer
    Mon esprit s’est égaré

    Que voulez – vous que je fasse
    Je me remémore tous ces soupirs
    Mais je suis devant une impasse
    Et aucun sort à maudire

    Car je sais que tous mes pas
    Ont été guidés par mes choix
    Et même si je revenais en arrière
    Je ne pourrais jamais rien faire

    Aurélia Morano, 3° E, cours de madame Machens.

    1. Merci Aurélia pour cette excellente contribution. J’aurais juste envie de corriger le tout dernier vers qui me paraît un peu lourd. Je suis sûr que tu trouveras une meilleure proposition, en supprimant le « jamais » qui me paraît emphatique, en peut-être même en évitant la rime qui referme trop bien la strophe. Connais-tu l’Art poétique de P. Verlaine? Je t’en recommande la lecture. Il est ici http://verlaineexplique.free.fr/jadisetn/artpoete.html . Mais tu as bien compris que, si je me permets ces petites remarques, c’est parce que tu as du talent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s