Quelques effets de parole inédits, par Patrick Fabre

Argument fourni par Patrick Fabre, en annonce de son intervention dans le programme de la Journée d’étude pluridisciplinaire « L’école et la poésie », du 13 mai 2016.

L’école est le lieu où, chez nombre d’enfants, les embrouilles de la parole empruntent souvent la voie des injures et des insultes, l’expérience scolaire prenant souvent la valeur d’un réel, entendu comme « l’impossible à supporter ». Il s’agit alors pour le sujet de traiter la jouissance en excès, dans un mouvement qui se porte sur l’autre, mais qui s’adresse surtout au sujet lui-même.

Nous proposerons d’explorer une piste de travail quelque peu originale, à partir d’une proposition faite aux enfants en grande difficulté à l’école ; celle d’un atelier d’expression, de création, à partir d’une mise à disposition de divers matériaux bruts, et qui donnent lieu à des transformations, des productions, qui progressivement, s’émancipent de la tyrannie de la signification et de la référence, pour laisser advenir ce hors sens, auquel est si peu préparée notre institution.

Il s’agit alors d’accueillir un processus qui ne s’assigne pas directement pour tâche d’exercer une tension, une torsion sur la structure du langage, qui ne prend pas la langue pour objet, mais qui n’en produit pas moins des effets de parole inédits.

Nous essaierons de saisir pourquoi cette expérience produit de tels effets de pacification, et si elle peut prétendre au qualificatif de « poétique ».

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s