Guillaumes

Ne soupçonne la rivière invisible en contrebas,
son approche de galets. Ne divise les jardins
au cordeau, la terre noire sous de larges
feuilles pliées, la ruine d’un abri à outils et
les rats. Sa porte de guingois. Ne prie, ne
mesure. Un registre où sont consignés les achats
de matériel, de graines, d’une cage à oiseau.
Les orages. L’unique salle de cinéma.
Les figues cueillies sur l’arbre, le tremblement
de sa main qui la saisit. Il se dirige dans la nuit,
salue la caissière dans sa cabine.
Le chapeau soulevé d’une main requiert
le bruit de la rivière, la grammaire des nuages
inchoatifs dans une rue déserte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s