Comme le montre Wittgenstein…

« Comme le montre Wittgenstein, dont c’est un des thèmes fondamentaux, il n’y a pas de raison de supposer a priori que l’utilisation d’un terme très général peut et doit être expliquée et justifiée par l’existence d’une propriété commune à tous les objets auxquels il est appliqué de manière pertinente, et c’est une chose qui risque d’être particulièrement vraie lorsqu’on a affaire à un terme recouvrant une famille de cas aussi dissemblables à première vue que les choses multiples auxquelles on applique ordinairement le qualificatif ‘œuvre d’art’ » (Jacques Bouveresse, Wittgenstein : La rime et la raison, Minuit, 1973, p. 156). Non seulement il paraît impossible aujourd’hui de donner une définition satisfaisante de la poésie, mais il devient de moins en moins certain que deux poètes, ou deux éditeurs de poésie accorderont ensemble ce même statut à des textes qui y prétendent. Quand tel « poète » lit tel « poème » composé par un autre, non seulement il pourra arriver que le texte ne le satisfasse pas (qu’il le juge médiocre), mais aussi bien qu’il lui refuse le statut (ou la qualité) de « poème » (cf. Jacques Dupin à propos d’Aragon).

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s