Le recul du temps n’a pas suffi…

Le recul du temps n’a pas suffi à nous faire perdre Poussin, Racine et Diderot, et je n’affirmerais pas qu’ils soient perdus pour tout le monde aujourd’hui, ni pour toujours. Jean-Sébastien Bach, par exemple, ne s’est pas comme eux éloigné de nous. Mais peut-être est-ce parce que la postérité de celui-ci a rencontré certains interprètes qui, un jour, nous l’ont rendu de nouveau contemporain. Glenn Gould a refait de Bach un artiste immédiatement contemporain. Mais pour autant, bien sûr, le recul du temps nous fait perdre certains artistes au profit d’autres, qui devraient nous apparaître à leurs places comme des références immédiatement indispensables. Nous ne perdons pas nécessairement Marin Marais, si c’est Jordi Savall qui le joue. Pour autant, la question de la survie de Marin Marais ne devrait pas nous obséder au point d’empêcher que Thelonius Monk à son tour s’écoute à l’école.

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s