Scarborough Fair

L’histoire de cette chanson traditionnelle est ancienne et pleine de richesses. On ne se lasse pas de fouiller les articles de Wikipédia (français et anglais) qui la concernent.

Pour ce M@P, j’ai retenu les paroles de la légendaire version fournie par Simon et Garfunkel en 1966 (dans l’album Parsley, Sage, Rosemary and Thyme) dont on sait qu’elle devait être reprise, l’année suivante, dans la bande originale du non moins légendaire film de Mike Nichols, The Graduate (Le Lauréat), avec Dustin Hoffman et Katharine Roos dans les rôles principaux.

Il me paraît indispensable de rappeler, néanmoins, que l’invention des deux new-yorkais avait été précédée, dès 1963, par une adaptation signée Bob Dylan, qu’il intitulait The North Country Girl, et dans laquelle le jeune folk singer originaire du Minnesota et admirateur de Woody Guthrie, tirait cette chose superbement british beaucoup plus à l’ouest.

Enfin, pour celles et ceux qui savent un peu de musique (ou qui voudraient apprendre), la partition est ici.

Advertisements

Posted In:

3 Comments

  1. Pourquoi ces quatre mots ont-ils un tel effet sur nos âmes ? Parsley, Sage, Rosemary and Thyme. Fines herbes, fine amor ?

    1. Tout est magique dans cette histoire… Dans la vidéo du live à Central Park, concert pour lequel les deux camarades se retrouvent après un long temps de séparation (si je ne me trompe pas), le moment où la voix de Paul Simon vient se poser sur celle d’Arthur Garfunkel… Une surabondance de grâce !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s