Selon Marx et… Harry Potter

Selon Marx, l’un des événements fondateurs de la société moderne avait été la division entre travail manuel et travail intellectuel. Le récit potterien la transpose en division entre moldus et sorciers. Mis à part la terminologie, l’intuition est la même et la promesse est analogue, non moins que la menace : l’avenir appartient à la réconciliation entre travail manuel et travail intellectuel ; en l’absence de réconciliation, l’asservissement de tous est inévitable.

Jean-Claude Milner, Harry Potter. À l’école des sciences morales et politiques, PUF, 2014, p. 174.

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s