Répétition

Le voyageur passe une nuit dans un hôtel
du quartier de la gare. Puis les suivantes encore.
Il ne quitte plus l’hôtel, on croirait qu’il s’y
cache. Chaque jour il gravit les escaliers
gardés par des lions de pierre. Il se promène
dans le hall, sous la verrière des quais,
mais ne prend aucun train. Une seule fois,
il descend jusqu’au port. Le même soir
il revient sous les façades des boulevards.
Une fenêtre sans rideau fait de son lit
un poste de vigie traversé de clartés.
Un phare. Une cage à oiseau. À midi,
on le voit qui parle dans une cabine
téléphonique transparente comme l’eau,
comme la pluie sur l’eau grise d’un fleuve
qu’on remonte debout sur une barque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s