No ideas but in things

Dans les toutes premières pages du Paterson de William Carlos Williams, on trouve ces lignes

Say it! No ideas but in things. Air.
Paterson has gone away
to rest and write. Inside the bus one sees
his thoughts sitting and standing. His
thoughts alight and scatter —

[Le texte complet]

en quoi pourrait résider le germe du Paterson de Jim Jarmusch, puisque dans le texte déjà, comme dans le film, le nom de la ville est attribué à un personnage — qui écrit. Et qu’il y est question d’un bus à l’intérieur duquel « chacun peut voir ses pensées assises ou debout » (trad. Yves di Manno, p. 17). Tout cela directement rattaché à la profession de foi de l’auteur, qu’illustre son magnum opus et qui dit : « No ideas but in things ».

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s