Le nom de Joseph Cornell

Le nom de Jospeh Cornell m’est venu à l’esprit tandis que nous visitions la maison qu’habite Pauline à Paccionitoli. Le matin nous avions passé une longue heure à nous promener parmi les tombes du cimetière de Porto-Vecchio, Annie égrenant des noms, reconstituant des lignées avec le concours du cousin Serge, pendant que je prenais des photos, puis nous sommes montés à L’Ospedale où Serge nous a montré les travaux qu’il effectue dans la minuscule maison de granit dont il a hérité. Enfin, avant que nous nous séparions, celui-ci a tenu à ce que nous continuions à faire route commune plus haut dans la montagne pour aller y saluer sa fille Pauline, qui nous a reçus entourée de ses deux énormes chiens qui couraient dans le jardin (déjà le soleil déclinait), avant de nous introduire dans une sorte de musée qu’elle loue aux deux filles d’un ancien ambassadeur qui l’a fait construire et qui a accumulé là, pendant une partie de sa vie, les livres et les objets qu’il pouvait rapporter de ses lointains voyages. Si bien qu’à notre retour à Ajaccio, au moment de m’endormir, j’ai voulu retrouver des traces de Cornell sur le web. Et j’ai été surpris de découvrir qu’en plus des boîtes à couvercles de verre qui l’ont rendu célèbre et pour lesquelles l’artiste me séduisait déjà lorsque j’étais très jeune, il avait produit des films de montage, dont plusieurs (sinon tous?) sont disponibles sur YouTube. Si bien qu’à mon premier réveil, au milieu de la nuit, j’ai pu visionner en silence sa réalisation la plus célèbre, Rose Hobart, qui date de 1936 et dont Chantal de Sauze (dans un article intitulé « Le temps suspendu ou l’univers cinématique de Joseph Cornell ») indique qu’il est entièrement composé avec des bouts découpés dans un autre film, daté, lui, de 1931. Il s’agit du East of Borneo signé George Melford, où figure, dans le rôle principal, une Lupina Tovar sur laquelle Cornell porte un regard fasciné, celui-ci déconstruisant l’intrigue de l’œuvre originale pour bâtir un temple vivant dédié à l’actrice, dont la beauté qu’elle montre (son visage) m’a plusieurs fois évoqué celle qu’on voit à Kristen Stewart dans Personal Shopper.

→ Prestiges (travail en cours)

Advertisements

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s