J’ai le sentiment de mieux comprendre

J’ai le sentiment de mieux comprendre, depuis deux ans peut-être, comment s’organisent les choses, comment celles-ci se distribuent dans les caves et les ruelles, et j’en éprouve une grande curiosité de les parcourir en poussant portes et vantaux. Avec le regret pourtant que cette découverte vienne si tard. Qu’aurait été ma vie, me dis-je, si j’avais su cela lorsque j’avais trente ans, ou seulement entrevu, le nez dans l’entrebâillement d’une porte, l’écartement d’un lourd rideau, l’interstice ouvert d’un soupirail, et où en serais-je maintenant de mes explorations? J’aurais suivi l’écoulement des rigoles à la clarté des lampadaires battus par le vent. J’aurais écouté l’accordéon des marins. Surtout j’aurais vu les fantômes comme je vous vois. L’éclair qui luit, non pas dans le ciel, mais sous le plafond d’une chambre aperçue depuis la cour que je traverse de nuit, comme un rat, et dont l’unique occupant, un pauvre étudiant en philosophie, sera retrouvé au matin pendu par les pieds, les poignets attachés devant lui et se balançant au-dessus d’une table où git ouvert son exemplaire annoté des Regulae ad directionem ingenii.

→ Prestiges (travail en cours)

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s