Deux trapézistes

C’était dimanche après-midi, la veille nous avions enterré mon père, et maintenant nous avions prévu d’aller au cinéma et, dans l’attente, je lisais La vie mode d’emploi de Georges Perec. Je procédais très lentement, comme à mon habitude, si bien que je ne lis jamais qu’une toute petit partie des livres que je prétends lire, et là j’étais heureux de ce que je lisais depuis plusieurs chapitres et depuis plusieurs jours, quand soudain, abordant le chapitre XIII, intitulé « Rorschash, 1 », je me suis senti emporté dans un souvenir ancien et délicieux sur lequel j’ai pu aussitôt apposer le nom de Franz Kafka. L’image (l’idée) du trapéziste qui ne veut plus descendre de son trapèze tandis que le cirque qui l’emploie doit poursuivre sa tournée, se déplacer d’une ville à l’autre, j’avais l’intuition de l’avoir vécue dans une nouvelle de l’auteur, je ne savais plus laquelle. Une brève recherche sur internet m’a conduit à Premier chagrin (Erst Leid) dont il était d’ailleurs possible de lire et même de télécharger la traduction française d’André Vialatte. Ce que j’ai fait. L’attestation ainsi obtenue que mon souvenir était exact augmenta mon bonheur, j’étais reconnaissant à Perec de ranimer ainsi une histoire inventée par Kafka, et fier de constater que je les avais assez bien lus, l’un et l’autre, pour pouvoir ainsi les rapprocher à la manière de deux trapézistes qui s’élancent face à face, la tête en bas, les jambes repliées au-dessus du corps, et dont les mains enfin se frôlent, se caressent, s’agrippent dans le vide, en même temps qu’ils se sourient, ma propre mémoire tenant lieu ici de chapiteau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s