13 août 2017

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La grande chaleur d’août, la nuit passée à l’encre du repos, du retrait solaire, les formes des cyprès, des oliviers, des pins, sur une colline gris et blanc aux étoiles, tracée de vignes, remuée d’insectes, de rumeurs, tout cela était une profusion de signes ; signes qui annonçaient tous, qui tous disaient ensemble : Méditerrannée.

Jacques Roubaud, ‘le grand incendie de londres’, Édition du Seuil, 2009, p. 373.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s