Évaluations CP et 6°. D’où nous vient cette pudeur ?

À propos de l’annonce que Jean-Michel Blanquer a faite aujourd’hui, concernant les évaluations qui seront systématisées en début de CP et en 6e, l’article du Monde et, ci-dessous, le commentaire que j’extrais d’un échange que j’ai sur FaceBook avec des enseignants et une mère d’élève –

Je comprends vos craintes, Michelle, mais je crois qu’il y a un malentendu. Si l’on évalue des élèves, ce n’est pas pour les juger, eux, ni pour les sélectionner. Cela n’aurait, en effet, aucun sens. L’école, en France, est obligatoire, et personne n’a envie de discriminer qui que ce soit. En revanche, ces évaluations permettront de mesurer l’efficacité des méthodes d’enseignement, et, pourquoi pas?, la qualité du travail des enseignants eux-mêmes, qui sont des professionnels, qui ont en charge l’avenir des enfants et que, par conséquent, il ne me paraît pas insultant, ni inutile d’évaluer. C’est en tant qu’elles aideront à améliorer les formes de l’enseignement, que ces évaluations me paraissent à la fois légitimes et absolument indispensables. À défaut de quoi, les enseignants continueraient d’être considérés comme une caste supérieure, une sorte de noblesse, qui n’a aujourd’hui, en effet, de compte à rendre à personne. Ce qui me paraît bien peu républicain. Ou, plus précisément, bien peu démocratique.

Publicités

Posted In:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s