Télécharger en PDF (réservé aux adhérents)

Le saviez-vous? Ray Bradbury avait anticipé, dès 1950, l’invention du livre sonore et de la tablette numérique. La preuve ici.

Nous devons la découverte de ce fragment des Chroniques martiennes à la citation qu’en fait Lorenzo Soccavo sur son site, à la date du 24 juillet 2012 (LIEN). Et nous le remercions pour cette découverte.

You could see Mr. K himself in his room, reading from a metal book with raised hieroglyphs over which he brushed his hand, as one might play a harp. And from the book, as his fingers stroked, a voice sang, a soft ancient voice, which told tales of when the sea was red steam on the shore and ancient men had carried clouds of metal insects and electric spiders into battle.

The Martian Chronicles (1950)

On pouvait voir Mr. K dans sa pièce personnelle, en train de lire un livre de métal aux hiéroglyphes en relief qu’il effleurait de la main, comme on joue de la harpe. Et du livre, sous la caresse de ses doigts, s’élevait une voix chantante, une douce voix ancienne qui racontait des histoires du temps où la mer n’était que vapeur rouge sur son rivage et où les ancêtres avaient jeté des nuées d’insectes métalliques et d’araignées électriques dans la bataille.

Ray Bradbury (août 1975) Photo Alan Light Sur Wikimédia Commons
Ray Bradbury (août 1975)
Photo Alan Light
Sur Wikimédia Commons