La vidéo

Léandre le sot,
Pierrot qui d’un saut
De puce
Franchit le buisson,
Cassandre sous son
Capuce,

Arlequin aussi,
Cet aigrefin si
Fantasque
Aux costumes fous,
Ses yeux luisants sous
Son masque,

– Do, mi, sol, mi, fa, –
Tout ce monde va,
Rit, chante
Et danse devant
Une belle enfant
Méchante

Dont les yeux pervers
Comme les yeux verts
Des chattes
Gardent ses appas
Et disent : « A bas
Les pattes ! »

– Eux ils vont toujours ! –
Fatidique cours
Des astres,
Oh ! dis-moi vers quels
Mornes ou cruels
Désastres

L’implacable enfant,
Preste et relevant
Ses jupes,
La rose au chapeau,
Conduit son troupeau
De dupes ?

Fêtes galantes (1869)

→ Le texte chanté par Maxime Le Forestier, sur une musique de Georges Brassens : iTunes

Publicités

La vidéo

Je te donne pour ta fête
Un chapeau noisette
Un petit sac en satin
Pour le tenir à la main
Un parasol en soie blanche
Avec des glands sur le manche
Un habit doré sur tranche
Des souliers couleur orange
Ne les mets que le dimanche
Un collier des bijoux
Tiou !

« Pour les enfants et pour les raffinés. » Les Œuvres Burlesques et Mystiques de Frère Matorel, Mort au Couvent (1912)

La vidéo

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Fêtes galantes (1869)

La vidéo
Version chantée par Sean Doyle

When I play on my fiddle in Dooney,
Folk dance like a wave of the sea;
My cousin is priest in Kilvarnet,
My brother in Moharabuiee.

I passed my brother and cousin:
They read in their books of prayer;
I read in my book of songs
I bought at the Sligo fair.

When we come at the end of time,
To Peter sitting in state,
He will smile on the three old spirits,
But call me first through the gate;

For the good are always the merry,
Save by an evil chance,
And the merry love the fiddle
And the merry love to dance:

And when the folk there spy me,
They will all come up to me,
With ‘Here is the fiddler of Dooney!’
And dance like a wave of the sea.

The Wind Among the Reeds (1899)

En français

Quand je joue de mon violon à Dooney,
Les gens dansent comme une vague de la mer;
Mon cousin est prêtre à Kilvarnet,
Mon frère à Mocharabuiee.

J’ai croisé mon frère et mon cousin:
Ils lisaient dans leurs livres de prières;
Je lisais dans mon livre de chansons
Que j’ai acheté à la foire de Sligo.

Quand nous arriverons à la fin des temps
Devant Saint-Pierre assis en majesté,
Celui-ci sourira aux trois vieux esprits,
Mais c’est moi qu’il appellera le premier à franchir la porte.

Car le bon est toujours le joyeux,
À moins d’un hasard diabolique,
Et le joyeux aime le violon,
Et le joyeux aime la danse:

Et quand les gens me verront,
Ils viendront tous à ma rencontre
En disant « Voici le violoneux de Dooney! »
Et ils danseront comme une vague de la mer.

Version italienne chantée par Angelo Branduardi, 1986

Come le onde del mare, come le onde del mare
balla la gente quando suono il mio violino.
Mio cugino è prete a Kilvarnet,
mio fratello è prete a Mocharabuiee.

Ma io ho fatto più di mio fratello e mio cugino:
leggono nei libri di preghiere,
io leggo nei miei libri di canzoni
che ho comperato alla fiera di Sligo.

Quando alla fine dei tempi
noi ci presenteremo a Pietro,
andremo da lui seduto in maestà,
allora lui sorriderà ai nostri tre vecchi spiriti,
ma chiamerà me per primo oltre il cancello.

Perchè sempre allegri sono i buoni,
salvo che per cattiva sorte,
e la gente allegra ama il violino,
la gente allegra ama ballare.

Quando mi vedono arrivare,
corrono da me tutti gridando:
« Ecco il violinista di Dooney! »
Vengono a ballare come le onde del mare.

La vidéo

À mi-carême, en carnaval,
On met un masque de velours.
Où va le masque après le bal ?
Il vole à la tombée du jour.

Oiseau de poils, oiseau sans plumes.
Il sort, quand l’étoile s’allume,
De son repaire de décombres.
Chauve-souris, masque de l’ombre.

Chantefables et Chantefleurs (1944)

→ Commentaire: Quand Fantômas se transforme en Batman
QCM: 10 questions
→ La forme des mots: Exercice et corrigé