Télécharger en PDF (réservé aux adhérents)

Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
Les troupeaux de bœufs vont aux abreuvoirs ;
La lune, sortant des nuages noirs,
Semble une clarté qui vient par surprise.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Un panache gris sort des cheminées ;
Le bûcheron passe avec son fardeau ;
On entend, parmi le bruit des cours d’eau,
Des frémissements de branches traînées.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

La faim fait rêver les grands loups moroses ;
La rivière court, le nuage fuit ;
Derrière la vitre où la lampe luit,
Les petits enfants ont des têtes roses.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

→ Texte intégral préparé pour la lecture partagée en quatuor (LIEN)


→ Leçon. Autoportrait du poète en costume de deuil
→ Avez-vous bien lu? Questionnaire en ligne

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Les Contemplations (1856), Livre Quatrième, poème XIV.

Commentaire
Parmi les « grands intellectuels français », Victor Hugo apparaît sans doute comme le plus populaire. Quand il meurt en mai 1885, le peuple de Paris suit le catafalque. C’est qu’il n’a pas été seulement un prodigieux poète et un romancier puissant. Il s’est prononcé sur toutes les grandes questions politiques de son temps, aux premiers rangs desquelles la condition ouvrière et l’éducation. Pourtant l’événement le plus important de sa vie, celui qui l’aura le plus profondément marqué est un drame familial. Le 4 septembre 1843, sa fille Léopoldine se noie dans la Seine, près de Villequier, en compagnie de son mari Charles Vacquerie. Leur barque a chaviré… Et c’est ce deuil irréparable qu’évoque le poème composé quatre ans plus tard, le 4 octobre 1847. La simplicité, l’émouvante fluidité de l’écriture, comme l’examen du manuscrit, tendent à nous faire penser qu’il fut composé d’un seul mouvement.

Voir aussi