L’histoire de cette chanson traditionnelle est ancienne et pleine de richesses. On ne se lasse pas de fouiller les articles de Wikipédia (français et anglais) qui la concernent.

Pour ce M@P, j’ai retenu les paroles de la légendaire version fournie par Simon et Garfunkel en 1966 (dans l’album Parsley, Sage, Rosemary and Thyme) dont on sait qu’elle devait être reprise, l’année suivante, dans la bande originale du non moins légendaire film de Mike Nichols, The Graduate (Le Lauréat), avec Dustin Hoffman et Katharine Roos dans les rôles principaux.

Il me paraît indispensable de rappeler, néanmoins, que l’invention des deux new-yorkais avait été précédée, dès 1963, par une adaptation signée Bob Dylan, qu’il intitulait The North Country Girl, et dans laquelle le jeune folk singer originaire du Minnesota et admirateur de Woody Guthrie, tirait cette chose superbement british beaucoup plus à l’ouest.

Enfin, pour celles et ceux qui savent un peu de musique (ou qui voudraient apprendre), la partition est ici.

Fiche de travail « Forme des Mots » (réservée aux adhérents)
ExerciceCorrection

À la claire fontaine
M’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si belle
Que je m’y suis baigné

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Sous les feuilles d’un chêne
Je me suis fait sécher
Sur la plus haute branche
Un rossignol chantait

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Chante, rossignol, chante
Toi qui as le cœur gai
Tu as le cœur à rire
Moi, je l’ai à pleurer

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

J’ai perdu mon amie
Sans l’avoir mérité
Pour un bouton de rose
Que je lui refusai…

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier
Et que ma douce amie
Fût encore à m’aimer

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai